Vidéocapsule


La vidéocapsule de l’intestin grêle est une méthode d’exploration non invasive de l’intestin grêle  qu’on réalise en pratique courante depuis une dizaine d’années.

Hand holding PillCam SB 2

Cet examen est réalisé en ambulatoire, au cabinet sans hospitalisation. Il nécessite une préparation intestinale, moins importante que pour une coloscopie, après un régime sans résidus de quelques jours.

Les indications sont la recherche d’un saignement digestif en cas d’anémie ferriprive ou de méléna, lorsque les endoscopies digestives (gastroscopie et coloscopie) se sont avérées négatives. Depuis quelques années, cet examen peut aussi aider au bilan d’extension de la maladie de Crohn, lorsqu’une atteinte du grêle est suspectée.

En pratique, le patient est reçu un matin au cabinet, après avoir réalisé sa préparation intestinale la veille. On équipe le patient d’une ceinture de capteurs, qui va recevoir par radiofréquence les images émises par la capsule lors de son trajet intestinal. Ces images sont stockées sur un enregistreur porté en bandoulière. Malgré ses faibles dimensions (26 x 11 mm, soit la taille approximative d’un comprimé d’Augmentin), la capsule renferme une batterie, un émetteur radio, un appareil photo numérique, et un flash qui lui permettent de prendre 2 images par seconde au cours de sa progression. L’ingestion de la capsule est assez aisée, car son revêtement est conçu pour ne pas adhérer aux muqueuses. Le patient peut s’alimenter 2 heures après le début de l’examen. L’enregistreur et la ceinture de capteurs sont restitués au cabinet le soir même ou le lendemain matin. La capsule est émise le soir ou le lendemain dans les selles, elle n’est pas récupérée.

La lecture des images demande environ 15 mn pour les praticiens expérimentés.

Le coût de l’examen est remboursé par l’assurance maladie. Le cabinet de gastroentérologie de la Clinique Générale est équipé de 2 appareils.

Prochainement, on envisage l’extension de cette technique à l’examen du côlon. La technique bien au point, est à réserver aux patients ne pouvant pas avoir de coloscopie, mais n’est pas encore remboursé par l’assurance maladie.